× Techniques Photo

Commentaires sur articles concernant la technique

Plus d'informations
il y a 8 ans 2 semaines #17928 par bchalifour
bchalifour a créé le sujet : Commentaires sur articles concernant la technique

Commentaires sur l’article de d’Hervé Cornette partageant son passage au numérique en Leica.

Excellent article. Parce qu’il est excellent je l’ai lu d’une traite malgré sa longueur et me suis permis de partager quelques réflexions qu’il a suscité en moi. Ne serait-ce que parce que certaines affirmations posent questions.


Qu’est ce que la photo : un sujet et une manière de le raconter. Il faut que l’histoire soit lue immédiatement. Si on cherche, c’est foutu !

Je me permettrais de faire remarquer que c’est une définition limitative sinon abusive de la photographie. Qu’on pratique une photographie simple voire « simpliste » ( ;o) est une chose en faire la seule pratique envisageable est se couper de 150 années de production d’images dont près de 100% de photographie dite « artistique » c’est à dire allant au-delà de la technique pour le questionner, questionner les autres arts, questionner notre relations aux autres, au monde et à nous même. Evidemment de tels questionnements ne peuvent être simples et peuvent donner lieu à des histoires complexes. La définition de l’auteur semble ici limiter l’écriture à ce qu’on lit dans la presse quotidienne régionale.
La photographie ainsi décrite peut se limiter à un coucher de soleil, un chiot, chaton ou chiard plein centre dans leur milieu pour fond. Bonjour les mauvais calendriers et les mauvaises cartes postales !


La couleur m’attirait un peu parce que notre environnement visuel ne se passe plus du support de la couleur.

S’en est-il jamais passé ? On voit certes moins de noir et blanc mais cette question se osait dans les mêmes termes dans les années 80, 90, 2000, non ?

La couleur m’attirait parce que cela m’ouvrait de nouvelle voies dans le traitement de mon sujet de prédilection : l’humain et je souhaitais chasser cette impression d’intemporalité laissée par le noir et blanc.

??? L’intemporalité n’est-elle pas plus liée au sujet et à son traitement qu’au seul fait de choisir entre NB et couleur. La photo d’Eddie Adams prise à Saïgon d’un officier vietnamien du sud abattant à bout portant un homme en chemise supposé être vietcong rester toujours le fait marquant d’une époque donnée ; le fait que l’image est en noir et blanc ne change rien à l’histoire non ?

Mais lorsque j’ai voulu en faire dans les années 90, les labos de quartier livrant de la daube mal cuisinée m’ont dissuadé de tenter l’aventure. Je ne supporte pas la médiocrité technique. Car la technique, ça doit se maîtriser.

Confiez-vous vos tirages nb au « labo de quartier » ? Probablement non. Comparons donc ce qui est comparable par soucis d’objectivité. Il y avait à l’époque et des amateurs qui tiraient leur propre couleur, certains le faisaient même excellemment, et des labos professionnels qui faisaient leur travail professionnellement. Ce que vous critiquez ici c’est vos lacunes en matières de tirages couleur ou/et le fait qu’il fallait passer par un laboratoire (et donc en sélectionner un bon).

Les objectifs
Au niveau de la prise de vue, j’exploite au maximum la notion de profondeur de champ, il me fallait des objectifs qui ouvraient en grand

Les illustrations proposées sont-elles sensées illustrer ce point ? ;o) Là encore il me semble que l’on essaie de tirer plus vite que son ombre car toutes les images montrées, des paysages en fait, joue plus sur une grande profondeur de champ, que l’on peut obtenir avec n’importe quel objectif car travaillant plus souvent à des ouvertures que tous les objectifs ont (de f 5.6 à f. 16 ou 22).

et je suis opposé à l’usage des zooms pour trois raisons : la première est que même s’ils sont plus performant que par le passé ce ne sont que des compromis.

Je pense que ce qui était vrai il n’y a pas si longtemps, et qui était un argument que j’avais tendance à moi aussi utiliser, ne l’ai plus car la recherche et les avancées technologiques ont été presque uniquement faites dans le domaine des zooms. Ces derniers (puisque nous semblons parler ici d’objectifs de haut de gamme étant données les ouvertures maximales évoquées sont désormais plus que compétitifs en qualité et bien plus versatiles. Puisque la photographie dite « réalité » semble être le domaine favori de l’auteur, combien de photojournaliste aujourd’hui n’utilisent aucun zooms ? Des plus simples aux plus grands (je parle de photographes ici).
Pour ma part la seule objection ici est celle des coûts.


La deuxième c’est qu’un zoom conduit à une certaine passivité : c’est la focale qui bouge et non plus le photographe.

Absolument d’accord car constaté.

Et la troisième c’est aussi une certaine paresse : je sais me servir de ces optiques fixes.

Un peu spécieux comme justification et argument. Qui peut se servir d’une optique fixe ne serait pas capable de se servir d’un zoom ? Hmm, j’en doute. Non c’est seulement de vielles habitudes et un certain confort qu’elles procurent (la même argumentation peut justifier la non-utilisation du numérique aujourd’hui aussi, non ?).

Ensuite, puisque je souhaitais continuer l’argentique est venu la question du poids. Changer de système me faisait doubler le poids et le volume à transporter.

Certes il y a peu de zoom dans le système Leica M (car il me semble, d’après la description des optiques que c’est de quoi l’on parle… pas exactement le matériel idéal pour un contrôle précis de la profondeur de champ, non ?).

Tous ces facteurs m’ont conduit à ne pas changer de système et ne pas prendre l’archétype du top de l’appareil numérique (plein format, haute vitesse, stabilisation et j’en passe).

Oui le M8 n’offrait pas de plein format, le M9 à présent oui.


Non, un appareil un peu à part : peu d’automatisme, mise au point manuelle, malheureusement très cher [j’avais donc bien deviné, que de cachotteries] et paradoxalement à faire des économies !!

Là c’est un paradoxe que je ne partagerai sûrement pas. On n’achète pas un Leica pour faire des économies. Et question qualité d’images au niveau du capteur, surtout M8, Canon et Nikon sont plus que compétitifs… et à des prix bien inférieurs.


Quand vous avez déjà les optiques, il ne vous « suffit que » d’un boîtier.(ça c’était l’argumentaire pour mes proches ;).)

Oui mais qui fonctionne aussi avec les propriétaires de Nikon. Comparons les prix d’un 50 mm f 1.8 (f 2 pour Leica) et f 1.4 pour voir de quoi on parles exactement en matière d’économie de budget. ;o)

La température couleur d’abord : en argentique on ne pouvait pas régler la température : on achetait un film lumière du jour ou lumière artificielle. Parfois on mettait un filtre coloré pour modifier la température, mais c’était très archaïque.

Pas vraiment, tous les studios de prise de vue fonctionnait comme ça ; c’est aussi une habitude à prendre. Il y avait aussi 2 principaux types de film (lumière du jour et tungstène). C’était certainement plus limité et en effet le numérique pointe ici un de ses arguments imbattables sur l’argentique.


Là c’est du numérique, donc la température couleur se règle directement dans l’appareil, à la prise de vue.

Elle peut aussi se régler au « développement », il suffit, ce que tout photographe soucieux de qualité se doit de faire, de travailler en format « raw ».


Oui, mais si l’appareil fait une erreur il faut pouvoir la corriger simplement et non couleur par couleur et oui, la température couleur agit en parallèle sur les trois composantes Rouge, Vert, Bleu de nos systèmes.

??!! Est-ce si différent du film ? Ou n’est-ce pas la technique apprise du film appliquée au capteur ? M. Bayer était un chercheur maison de Kodak âpres tout.


Ah bon, le capteur voit trois couleurs séparées et c’est le calcul, après qui donne la couleur vue ?

Ah vraiment, jamais mis les pieds dans un labo couleur argentique à ce que je vois ! ;o)


Sur le D700 pas besoin d’intervenir avant 2500iso, sur le M8 il faut intervenir dès 800iso), supprimé si nécessaire une dominante.

Désolé, je découvre l’article au fur et à mesure que je le commente. Mais apparemment mon intuition quant au matériel avait vu juste.

Toujours par peur de perdre de l’info je dématrice en TIFF, 16bits. Je bricole avec des petits logiciels (je ne fais pas de pub ?) Déjà faite avec Phase One qui vient avec l’achat d’un Leica–pour ceux qui achètent autre chose.

Je suppose que la sauvegarde en TIFF n’exclut pas pour d’autres la sauvegarde en PSD ou en DNG ?

• Observation des photos imprimées avec un éclairage normalisé en température et en puissance.

C’est quoi « normalisé » ?

C’est sûr que c’est autre chose en termes de main et d’aspect, mais les valeurs sont là, mais ça ne veut pas dire que c’est moins bon ou meilleur. C’est autre chose.

Avez-vous essayé les nouveaux (depuis près de 2 ans) supports barytés et les imprimantes offrant 2 niveaux de gris ? (Epson, Canon, HP…)

La pièce jointe CornetteNumArg.doc est absente ou indisponible

Pièces jointes :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 8 ans 2 semaines - il y a 8 ans 2 semaines #18008 par photocor
photocor a répondu au sujet : Re:Commentaires sur articles concernant la technique
Je pense que votre lecture rapide agrémentée d'un long commentaire ne vous a pas permis de digérer la totalité de ma prose et pourrait donner lieu à polémique, ce que je ne souhaite pas ici.
Je vous ai envoyé un mail personnel.

Cordialement.

Dernière édition: il y a 8 ans 2 semaines par photocor.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: photocorjackBenTh
Temps de génération de la page : 0.092 secondes
Propulsé par Kunena